Aller au contenu principal

Nouvelle

Article de la revue
Louise Desjardins
Article de la revue
Laurence Perron

Qu’est-ce qui relève de la «simple» injustice et qu’est-ce qui appartient au domaine du cas? Comment la douleur, la spoliation et le silence font-ils leur entrée (ou non) dans une cour de justice?

Article de la revue
Paul Kawczak

La maison d’édition ontarienne L’Interligne fait paraître la version française de Coconut Dreams (Book*hug, 2019), de Derek Mascarenhas, un recueil de nouvelles qui a tout d’un roman.

Article de la revue
Françoise Major
Article de la revue
Michel Nareau

Rien dans le ciel, recueil de huit nouvelles denses, révèle encore la grande maîtrise de Michael Delisle ainsi que sa capacité à creuser les failles de ses protagonistes avec une lucidité moqueuse, mais jamais ironique.

Article de la revue
Annie-Claude Thériault
Article de la revue
Isabelle Beaulieu

Dans les sept nouvelles d’Indice des feux, la nature est une constante qui s’accorde aux dérives humaines et nous transporte au bord du gouffre, là où il reste encore une chance d’être sauvé·es.

Article de la revue
Maxime Raymond Bock
Article de la revue
Michel Lord

Quand on connaît l’œuvre de Gilles Archambault pour l’avoir fréquentée pendant de nombreuses décennies, on se dit que le titre de son dernier recueil de nouvelles est terriblement prophétique.

Article de la revue
Chloé Savoie-Bernard
Article de la revue
Hélène Rioux

On soupçonne derrière le titre Si c’est ça l’amour d’amères déceptions, de grands désenchantements. Faut-il encore croire à l’amour? Perd-on son temps à le chercher?

Article de la revue
Michel Lord

La solitude féminine est un motif inépuisable dans la tradition littéraire nouvellistique autant que romanesque. En s’inspirant d’expériences ordinaires souvent tues, Nous sommes bien seules renouvelle le genre avec talent.

Article de la revue
Michel Lord

Autant que le roman, la nouvelle sait être polyphonique, dialogique. Ce recueil en est un brillant exemple.

Article de la revue
Kiev Renaud
Article de la revue
Nicholas Giguère

Bien qu’elles présentent des qualités indéniables, les cinq longues nouvelles du recueil Présents composés sont tout au plus plaisantes et frôlent parfois l’insignifiance.

Article de la revue
J.D. Kurtness
Article de la revue
Patrice Lessard
Article web
Isabelle Beaulieu

C’est avec un constant ravissement que nous parcourons les nouvelles de Natalie Jean, si bien qu’il ne serait pas exagéré d’affirmer qu’elle est l’un des secrets les mieux gardés de notre littérature.

Article de la revue
Martine-Emmanuelle Lapointe

Contrairement à ce que son titre laisse entendre, Les fins heureuses de Simon Brousseau ne donne guère dans le bonheur placide et les dénouements souriants, mais explore plutôt les excès ordinaires du quotidien dans une prose aux accents doucement narquois.

Article de la revue
Michel Lord

Tout n’est pas inédit dans Donnacona d’Éric Plamondon. En fait, il n’y a que la nouvelle éponyme qui soit une nouveauté, les deux autres étant parues respectivement dans la revue Le Pigeon en 2015 et dans la collection «Nova» du Quartanier en 2013.

Article de la revue
Michel Nareau

Après le recueil de nouvelles Atavismes et la novella Des lames de pierre, Maxime Raymond Bock se lance, avec Les noyades secondaires, dans un projet ambitieux qui joue avec ses genres de prédilection.

Article de la revue
William S. Messier
Article de la revue
Laurence Perron

Patiente et sûre, nerveuse mais disciplinée: telle semble se tenir la voix de Geneviève Boudreau dans son livre, murmurant aux branchages de ses épineuses nouvelles certains racontars de village à demi dits.

Article de la revue
Nicholas Giguère

Auteur d’une trentaine de titres jeunesse et grand public, Daniel Marchildon, l’un des piliers de la littérature franco-ontarienne, propose avec Aventure d’un soir un recueil de nouvelles qui n’ajoute rien à une œuvre déjà solide.

Article de la revue
Nicholas Giguère

Homme de théâtre, François Godin récidive avec La rumeur du monde est sans beauté, un recueil de récits poignants.

Article de la revue
Fanie Demeule
Article de la revue
Sébastien McLaughlin

Le premier recueil de nouvelles de l’écrivain montréalais Kaie Kellough, Dominoes at the Crossroads, forge une contre-mémoire du Canada (néo)colonial.

Article de la revue
Laurence Perron

Les nouvelles de Bélanger produisent l’effet qu’on espère obtenir d’un ensemble de textes: ils font recueil, brodent autour d’un thème commun pour en dévider les virtualités, en découdre avec une idée, un motif, dédaignent l’abord frontal pour multiplier les points d’entrée.

Article de la revue
Ariane Lessard
Article de la revue
Karoline Georges
Article de la revue
Samuel Archibald
Article de la revue
Marie-Ève Sévigny

Le troisième recueil de Camille Deslauriers offre une touchante incursion dans les tremblements de l’être.

Article de la revue
Laurence Perron

Sans être imbuvables, les textes de Benoît Ménard ne deviennent jamais l’occasion d’élaborer un réel projet formel, de nourrir une véritable conscience de la nouvelle et des virtualités qui lui sont spécifiques.

Article de la revue
Laurence Perron

Si Françoise Major n’en est pas à sa première rencontre avec la forme de la nouvelle, c’est surtout son art du recueil qu’il faut ici saluer.

Article de la revue
Anna Leventhal
Article de la revue
Laurence Perron

Dans Celle qui marchait sur la pointe des pieds, Danielle Fournier virevolte avec une belle agilité: reste à savoir si, dans ces acrobaties, le lecteur est en mesure de la suivre.

Article de la revue
Isabelle Beaulieu

Construit de courtes fictions, Pour cœurs appauvris entreprend d’insuffler le charnel au récit. Les mots deviennent palpables et on les effleure avec un plaisir évident.

Article de la revue
Laurence Perron

Persistant comme un rêve qu’on parvient mal à chasser au réveil, Dormir sans tête compte parmi ces textes qui habiteront longtemps le lecteur : de cela, on peut sans inquiétude mettre la nôtre à couper.

Article de la revue
Thomas Dupont-Buist

À partir du langage, des idées qui surviennent lorsque l’on s’attache à le fixer jusqu’à ce qu’il se détraque, Suzanne Jacob livre cette poignée de courtes nouvelles vaporeuses dans lesquelles l’attention se dissout.