Aller au contenu principal

Roman

Article de la revue
Nicholas Giguère

Primoromancier français, Baptiste Thery-Guilbert frappe fort avec Pas dire, un excellent roman qui s’ajoute à la collection «Sauvage» d’Annika Parance Éditeur.

Article de la revue
Laurence Perron

Camille, l’héroïne de Pratique d’incendie, de Kiev Renaud, est une banale adolescente de treize ans. Pourtant, tout la tue et conspire à la tuer.

Article de la revue
Paul Kawczak

Patrice Favre, jeune juge d’instruction, remplace temporairement un juge suicidé en banlieue parisienne. Avec L’instruction, Antoine Brea plonge dans les froideurs kafkaïennes du monde judiciaire français.

Article de la revue
Thomas Dupont-Buist

Blaise Ndala, dans ce formidable troisième livre, ausculte ce qui n’a pas changé depuis le zoo humain belge de 1958.

Article de la revue
Thomas Dupont-Buist

Enquête métaphysique au cœur de la Côte-Nord, saga familiale sur les nouveaux riches exploitants de fruits de mer et chronique de la collision économico-culturelle entre le Levant et la Belle Province, l’éblouissant premier roman de Paul Serge Forest écrase la concurrence.

Article de la revue
Marie-Michèle Giguère

Chez les Sublimés est une réflexion triste sur ce qui nous survivra, un roman magistralement déprimant.

Article de la revue
Isabelle Beaulieu

Délicatement menée, l’intrigue du roman Le fantôme de Suzuko explore les errances et les obsessions d’un homme endeuillé.

Article de la revue
Isabelle Beaulieu

Entre une mère déséquilibrée, des amitiés au long cours et la biographie controversée d’un artiste consacré, Thomas Desaulniers-Brousseau signe un premier roman instable.

Article de la revue
Paul Kawczak

Avec son deuxième roman, Sans capote ni kalachnikov, Blaise Ndala donne la parole à un ancien soldat d’une guerre africaine moderne et questionne l’attitude occidentale vis-à-vis des atrocités commises en Afrique.

Article de la revue
Sarah Brideau

Le premier roman d’un talentueux auteur gai acadien ne nous apprend rien d’intéressant sur l’Acadie ou la culture queer.

Article de la revue
Camille Toffoli

Le nouveau roman à la prose imposante de l’écrivaine haïtienne Emmelie Prophète analyse avec finesse les effets humains de la pauvreté ainsi que ceux de la précarité sociale et politique.

Article de la revue
Paul Kawczak

Avec Sortir du labyrinthe, Raymond Paul renoue avec les personnages de son premier roman, Léa devant la mer (Druide, 2014). On plonge cette fois dans le passé et la psyché de Suzanne.

Article de la revue
Marie-Michèle Giguère

Malgré son titre enveloppant et doux, Faire les sucres, de Fanny Britt, secoue beaucoup plus qu’il n’apaise.

Article de la revue
Caroline R. Paquette

Avec L’imparfaite amitié, Mylène Bouchard signe un roman qui peine à trouver sa place
entre poésie et raisonnement, intimité et distance, mobilité et errance.

Article de la revue
Marie-Michèle Giguère
Article de la revue
Isabelle Beaulieu

Ici vivent une vingtaine de personnages issus d’un même quartier dont l’auteur fera entrevoir les grandeurs et les déchéances. Chacun possède des motifs propres qui le contraignent, qui l’encouragent ou l’annihilent, mais tous vivent la même quête, celle de mener à bien leur condition humaine.

Article de la revue
Isabelle Beaulieu

Qu’est-ce qu’aimer veut dire? Incandescent mystère autant qu’irréfutable évidence, ledit verbe a été tourné et retourné maintes fois dans la littérature. Dans son portrait de Peggy Roche, l’amour secret de Françoise Sagan, Marie-Ève Lacasse se saisit du sujet de manière singulière.

Article de la revue
Thomas Dupont-Buist

Après Zora, un conte cruel (Robert-Cliche 2013), Philippe Arseneault revient nous livrer
un roman qui a la violence des diatribes échangées en famille.

Article de la revue
Michel Nareau

Taqawan est une histoire de pêche, de celles que l’on ne raconte généralement pas. Un roman où le saumon devient personnage central et où l’origine de toute chose se remonte comme la rivière.
 

Article de la revue
Paul Kawczak

«La dent de l’éléphant», Sin el Fil en arabe. Fil c’est l’éléphant, Sin la dent. La première leçon d’arabe pour les plus jeunes des six enfants Abdelnour, dont la famille revient à Beyrouth après une quinzaine d’années passées à Montréal.

Article de la revue
Caroline R. Paquette

Dans son sixième roman, Véronique Marcotte déploie efficacement sa plume au service d’une amitié imperturbable. Et, oui, visite à nouveau les abysses de la maladie mentale.

Article de la revue
Isabelle Beaulieu

Une femme cherche à retrouver sa mémoire. Toute une partie de son enfance s’est évanouie, effacée par des années de vagabondage.

Article de la revue
Isabelle Beaulieu

Venue de la poésie, Stéphanie Filion ne la quitte pas tout à fait avec son premier roman qui se déploie en touches (parfois un peu trop) impressionnistes.

Article de la revue
Thomas Dupont-Buist

En achevant la lecture d’un inachevé monumental, on est bien tenté d’admettre que «[...]  finir” n’a aucune importance, que toute œuvre, aussi parfaite d’apparence soit-elle, n’est jamais finie, car elle s’enlise dans le néant du silence où rien ne peut finir jamais [...]».

Article de la revue
Marie-Michèle Giguère

Les relations amoureuses sont ponctuées de moments de force et de vulnérabilité. Aphélie, deuxième roman de Mikella Nicol, illustre merveilleusement comment ces deux réalités opposées s’entrelacent.

Article de la revue
Paul Kawczak

Court roman naturaliste et métaphysique, voyage au bout de funérailles tant quelconques qu’infernales, La Bosco confirme tout le talent de Julie Mazzieri.

Article de la revue
Michel Nareau

Après le très beau Kuessipan, Naomi Fontaine revient en force avec un deuxième roman fragmenté, Manikanetish, qui signifie «petite marguerite».

Article de la revue
Caroline R. Paquette

Dans Phototaxie, Olivia Tapiero renoue avec son funeste sujet de prédilection, comme moyen radical de lutter contre l’immobilisme et la facilité.

Article de la revue
Thomas Dupont-Buist

Troquant les dialogues et les didascalies pour de longues phrases balisées par de scintillantes virgules, Olivier Kemeid restitue dans ce premier roman toute la dimension mythologique d’une autre vie que la sienne.

Article de la revue
Laurence Perron

En lisant Bermudes, on s’aperçoit bien vite que le grand absent du titre est le mot «triangle»: celui où, selon la croyance populaire, s’évanouissent énigmatiquement de nombreux navires.

Article de la revue
Laurence Perron

Mâtiné de secrets, imprégné jusqu’à saturation d’une ambiance anxiogène, École pour filles dénoue sa trame sous forme cryptique et se situe du côté de l’irrésolution et de l’ambiguïté.
 

 

Article de la revue
Paul Kawczak

Melchior Mbonimpa offre un roman riche en événements dans lequel on suit, de l’Afrique au Canada, un héros exceptionnel. Cependant, l’œuvre est desservie par quelques maladresses.

Article de la revue
Marie-Michèle Giguère

Le livre d’une enfance puckée. L’histoire d’une petite fille qui comprend trop vite que «l’herbe est plus verte chez le voisin». Par chance, c’est aussi le récit d’une enfant qui a développé un grand sens de l’humour et un regard perspicace sur le monde, question de ne pas l’affronter sans ressources.

Article de la revue
Michel Nareau

Dans Les lois du jour et de la nuit, Emmanuelle Caron lie le fantastique à l’activité la plus brutalement réaliste: la guerre. Toutefois, l’ouvrage fonctionne trop par opposition.

Article de la revue
Isabelle Beaulieu

À l’ère où la célébrité équivaut à la réussite, Yann Fortier nous dresse le portrait d’une étoile déchue.

Article de la revue
Isabelle Beaulieu

Œuvre envoûtante où désir et mélancolie se harnachent au corps, Souvenir de Night est une mélodie lancinante qui exhume nos plus grandes obsessions.

Article de la revue
Laurence Perron

Dans une région industrielle défavorisée, de jeunes hommes dépérissent, condamnés à la misère économique, morale et intellectuelle. Leur colère et leur ennui s’expriment dans de grands éclats de machisme où se rejoue l’antédiluvienne histoire de la prédation sexuelle.

Article de la revue
Laurence Perron

Souhaitant augmenter sa productivité, Diane soumet son corps à une procédure liant son ADN à celui du lièvre. L’opération, accueillie avec désinvolture, lui permet de tenir à distance les souvenirs d’une rencontre amoureuse avec Eugène, disparu un soir d’incendie à L’Isle-aux-Grues.

Article de la revue
Sébastien McLaughlin

Jean Babineau signe ici une fiction historique sur l’expropriation des terres du parc Kouchibouguac et ses conséquences sur les quelque deux cents familles qui y habitaient, dont celle des Vautour.

Article de la revue
Thomas Dupont-Buist

Dans un roman à épingler au sommet d’un tableau de chasse déjà bien garni, Louis Hamelin nous fait voguer sur les flots ensablés du Missouri à la suite du naturaliste Audubon et du coureur des bois Provost.

Article de la revue
Michel Nareau

Un bébé tué lors d’une amniocentèse: l’histoire aurait pu être traitée comme un troublant témoignage, mais Marielle Giguère en fait un récit filial poignant.

Article de la revue
Isabelle Beaulieu

Ce roman d’apprentissage de Claire Hélie évoque la découverte du monde par les voies du rêve, de l’art et de la beauté.

Article web
Isabelle Beaulieu

Chez Marie-Ève Lacasse, l’étranger est au-dedans comme au-dehors. Il nous pousse à partir, et quand nous sommes arrivé·es, il nous dit que ce n’est encore et toujours qu’un départ.

Article web
Marie-Michèle Giguère

Un délicieux mélange : une quête amoureuse inspirée par les révélations d’une voyante et une réflexion théorique sur l’autofiction. Un récit aussi jouissif pour le cœur que pour l’intellect.

Article web
Laurence Perron

L’épidémie de VHS fait reposer avec évidence son titre sur un jeu de mots qui mise sur une connaissance minimale de la crise culturelle et historique ayant frappé l’Occident à la fin des années 1980, et que les journaux et les politiques avaient baptisée l’épidémie de VIH.

Article web
Thomas Dupont-Buist

Si toute chose a une fin, comme le prétend l’adage populaire, il arrive que d’excellentes n’en aient pas. Le onzième volume du cycle Soifs, en plus de s’ajouter au décalogue que l’on croyait clos, a le bon goût d’être, comme ses prédécesseurs, du raffinement des grands crus.

Article web
Laurence Perron

Pas même le bruit d’un fleuve est une sorte de « romanquête » racontant la révélation, par une narratrice écrivaine, des vestiges que sa mère énigmatique et récemment décédée a laissés derrière elle, et à partir desquels est reconstitué le récit escamoté de sa vie.

Article web
Paul Kawczak

Dans ce premier roman, Jennifer Bélanger entremêle avec sobriété plusieurs thèmes qui résonnent avec pertinence : douleurs physiques, liens générationnels féminins et marginalité sociale.

 

Article web
Thomas Dupont-Buist

Il n’y a ni camp des recrues ni repêchage en littérature, et il arrive que dans le sillage d’un gros poisson, les mailles du filet en viennent à se distendre, laissant ainsi passer quelques mets d’exception parmi les bancs innombrables du menu fretin. Au pinacle de la gastronomie : les œuvres de François Racine.

Article de la revue
Paul Kawczak

Récit élégant et troublant, le premier roman d’Audrey Lemieux offre une méditation sur la mort sans fard ni concession.

Article de la revue
Marie-Michèle Giguère

De la petite enfance à l’âge adulte, le quotidien dur et âpre d’une fratrie d’agriculteurs dans la seconde moitié du XIXe siècle.

Article de la revue
Marie-Michèle Giguère

Le deuxième roman d’Éric Mathieu relate la jeunesse fantasque d’un enfant mal aimé par ses parents, offert au regard médusé du lecteur qui se prend d’une affection manifeste à son égard.

Article de la revue
Caroline R. Paquette

Élégant premier roman, Petite Madeleine dessine la trajectoire d’une lignée de femmes, et redéfinit le sens du mot «résister».

Article de la revue
Thomas Dupont-Buist

Sur les traces de trois générations de Gaspésiens forcenés ayant enfourché la bête capricieuse de l’alcoolisme, Christophe Bernard embarque le lecteur pour une folle cavalcade.

Article de la revue
Laurence Perron

Le quotidien monotone de Suzanne est bouleversé: Marie-Josée, scénographe de sa connaissance, vient de mettre fin à ses jours. Les interrogations que suscite ce geste se multiplient et constituent la viande de ce roman aussi hypnotique qu’indéchiffrable.

Article de la revue
Thomas Dupont-Buist

Les fêtes de l’adolescence sont des ponts étroits et périlleux entre l’enfance et la relative stabilité identitaire du monde adulte.

Article de la revue
Isabelle Beaulieu

Ici, le récit de la mort d’un père raconté par sa fille dans une écriture très personnelle, peut-être trop personnelle.

Article de la revue
Isabelle Beaulieu

Dans une dystopie où tous les réseaux électroniques ont cessé de fonctionner, Serge Lamothe a l’audace d’imaginer un homme en quête de ses origines.

Article de la revue
Marie-Michèle Giguère

Quelque part au début du millénaire, une jeune Montréalaise trouve chez Nelly Arcan des mots pour nommer plusieurs de ses tourments.

Article de la revue
Marie-Michèle Giguère

Audrée Wilhelmy fait naître dans un pays du Nord des personnages féminins dont notre imaginaire collectif avait grand besoin.

Article de la revue
Paul Kawczak

Après L’adieu à San Salvador et Un train pour l’est, Aristote Kavungu publie Mon père, Boudarel et moi, un roman aussi court que dense, relatant la rencontre de l’humanité avec l’un de ses bourreaux.

Article de la revue
Camille Toffoli
Article de la revue
Laurence Perron

Dans Les échappatoires, la maternité, l’autonomie financière, le rapport à la dépendance sont autant de tornades qui transportent Dorothy vers des contrées d’Oz où les souhaits ne sont pas exaucés et où il n’y a de toute façon personne à qui les adresser.

Article de la revue
Sébastien McLaughlin

La poète Lisa Robertson livre un premier roman au carrefour de l’essai, du récit, de l’art poétique et de la métafiction.

Article de la revue
Paul Kawczak

Antoine, jeune joueur de hautbois atteint de troubles psychotiques, talent prometteur qui a préféré le métro aux salles de concert, se réveille un matin avec une certitude: sauver le monde par la musique.

Article de la revue
Thomas Dupont-Buist

Dans un deuxième roman qui a l’emprise d’une clé de bras bien placée, Mathieu Poulin prouve encore une fois que c’est souvent en pensant dire des conneries qu’étrangement, on échafaude les propos les plus pertinents (et vice versa).

Article de la revue
Marie-Michèle Giguère

Sympathique mais superficielle chronique du retour à la vie d’une divorcée attachante.

Article de la revue
Michel Nareau

Roman de filiation au féminin, Les falaises raconte la puissance du paysage maritime en Gaspésie et en Islande sans parvenir à bien faire ressentir le tumulte interne de ses protagonistes.

Article de la revue
Isabelle Beaulieu

Ce livre est réédité près de quarante ans après sa parution, alors qu’on ne l’attendait plus. Mais c’est ça, Josée Yvon: une décharge qui se manifeste sans avertissement.

Article de la revue
Laurence Perron

L’annexe, c’est le nom que porte la cache aux dimensions réduites du 263 Prinsengracht où ont clandestinement séjourné Anne Frank et sa famille pendant vingt-cinq mois, jusqu’à leur dénonciation à la fin août 1944.

Article de la revue
Olivier Boisvert

D’une inventivité scénaristique qui fait envie, Aquariums, le deuxième roman apocalyptique de J. D. Kurtness, souffre d’un manque de cohésion qui complique le déploiement de sa bouillonnante mise en scène «infectieuse».

Article de la revue
Paul Kawczak

J’ai oublié d’être Sagan est un livre court et dense, dont la violence, en apparence exotique, rappelle certaines des bases propres à toute structure sociale patriarcale.

Article de la revue
Thomas Dupont-Buist

Près de sept ans après la réjouissante noirceur de Variétés Delphi, Nicolas Chalifour extirpe son inoubliable «aidant naturel au malheur» des limbes romanesques et le ressuscite dans une Lisbonne assiégée par la plaie internationale du tourisme.

Article de la revue
Marie-Michèle Giguère

Et s’il ne suffisait que d’un événement, d’un ressac du destin, pour que la violence qui était là, latente, se déploie dans toute sa sanglante puissance?

Article de la revue
Michel Nareau

Dans L’apparition du chevreuil, Élise Turcotte détaille, grâce à une écriture fine et lucide, la manipulation des êtres et des mots, la violence qu’elle contient, les traques qu’elle provoque. L’intimidation et la violence postconjugale racontées avec brio.

Article de la revue
Isabelle Beaulieu

Des séances de spiritisme de Victor Hugo aux problèmes cognitifs d’une vieille dame, le spectre est large dans le nouveau Nicol, qui se déguste avec beaucoup de contentement.

Article de la revue
Isabelle Beaulieu

L’autrice, dans un long monologue, dit l’inaltérable solitude à laquelle l’humain est confronté.

Article de la revue
Michel Nareau

Une femme revient à Montréal pour autoriser le débranchement fatal de sa mère et se remémore son enfance pour repousser, anticiper et contrecarrer le deuil.

Article de la revue
Paul Kawczak

XieXie propose le récit d’un triangle érotique et amoureux dans la Chine des années 1930 entre un couple d’Anglais et leur domestique chinoise.

Article de la revue
Caroline R. Paquette

Bon chien, c’est un corps lourd de rêves échoués; une ballerine qui danse sur ses cicatrices, une lente autodestruction racontée avec finesse, malgré quelques passages trop appuyés.

Article de la revue
Caroline R. Paquette

Dans Les querelleurs, France Théoret met en scène un fascinant duel entre un auteur et son éditeur. Au passage, elle égratigne les hommes épris de leur propre histoire.

Article de la revue
Marie-Michèle Giguère

S’affronter soi-même, ne plus vouloir disparaître. C’est le défi qui attend une jeune femme suicidaire lorsqu’elle accepte, par dépit et lassitude, de traiter ses dépendances.

Article de la revue
Isabelle Beaulieu

Peu importe comment il se présente, le véritable amour est toujours meurtrier.

Article de la revue
Nicholas Giguère

Avec 160 rue Saint-Viateur Ouest, Magali Sauves propose, quatre ans après Yiosh!, une autre incursion dans la communauté juive montréalaise. Ce nouveau titre, sans être dénué de qualités, n’est toutefois guère convaincant.

Article de la revue
Olivier Boisvert

Sans réinventer le bitume, le premier roman de Jean-Christophe Réhel ouvre une brèche dans l’œuvre du poète, qui y propose un récit mutin où la maladie et la culture populaire font bon ménage.
 

Article de la revue
Paul Kawczak

Avec Les bains électriques, Jean-Michel Fortier joue des codes du mystère pour nous plonger dans une petite communauté isolée.

Article de la revue
Thomas Dupont-Buist

Il y a des républiques qui se font avec le minimum de conviction. Celle qui est nécessaire, par exemple, à l’adolescent pour s’arroger la souveraineté du sous-sol de ses parents. Dans Pinsonia (1500-2011), Lasnes médite oisivement sur les demi-nations et autres chimères éphémères.

Article de la revue
Thomas Dupont-Buist

Si l’herbier d’Emily Dickinson était par elle considéré comme étant l’un de ses plus beaux poèmes, le livre que consacre Dominique Fortier à l’écrivaine américaine se présente comme l’éblouissant cabinet de curiosités d’une existence aussi paisible que mystérieuse.

Article de la revue
Marie-Michèle Giguère

L’étrange odeur du safran donne à voir un éventail de relations fraternelles.

Article de la revue
Marie-Michèle Giguère

Les fictions qui nous hantent racontent des petites parcelles de qui nous sommes. Et le mythique Thelma & Louise permet à Martine Delvaux de magnifiquement se révéler.

Article de la revue
Michel Nareau

Dans ce roman inabouti empruntant à La petite sirène et à Roméo et Juillette, Julie Hétu présente une femme qui raconte, par les ondes radiophoniques, son exil à son fils.

Article de la revue
Isabelle Beaulieu

C’est le monde en furie, c’est la beauté qui fait mal: on ne peut absolument pas passer sous silence l’arrivée d’un Lalonde.

Article de la revue
Caroline R. Paquette

Dans son Petit manuel des amours toxiques, Véronique Papineau explore (longuement) son sujet de prédilection: le couple, dans ce qu’il a de pire.

Article de la revue
Nicholas Giguère

Lauréat, en 2016, du prix Robert-Cliche pour Coco, Antoine Charbonneau-Demers nous revient avec Good boy, un roman d’apprentissage aux accents aigres-doux et désespérés.

Article de la revue
Nicholas Giguère

Un an après avoir lancé Tu aimeras ce que tu as tué, Kevin Lambert récidive avec Querelle de Roberval, un roman polyphonique où tout est vociférations, sang et sperme.

Article de la revue
Thomas Dupont-Buist

S’il fallait encore faire la preuve qu’il ne suffit pas de vivre pour accoucher d’histoires qui tiennent de l’universel, la chose est à nouveau démontrée dans ce premier livre de Shanti Van Dun.

Article de la revue
Olivier Boisvert

Plomb est le récit âpre et corrodant d’une obsession maligne qui nous confisque notre droit à nager dans des eaux calmes et apaisantes.

Article de la revue
Marie-Michèle Giguère

Une lumière crue — pensez triste cabine d’essayage de centre commercial — sur la pathétique vie amoureuse d’une certaine classe moyenne aisée.

Article de la revue
Paul Kawczak

Yara El-Ghadban, avec Je suis Ariel Sharon, explore la psyché de l’une des grandes figures modernes de l’histoire israélo-palestinienne.

Article de la revue
Isabelle Beaulieu

Une jeune femme s’adresse à une amie morte et lui confie la difficulté qu’elle a d’habiter son propre corps, sa propre vie, dont elle est dépossédée depuis l’enfance.

Article de la revue
Olivier Boisvert

Roman documenté et guidé par une velléité oscillant entre la littérature et l’enquête historique, Les chimiques se trouve cependant handicapé par une écriture maniérée qui lutte pour fonder ses propres résonances.

Article de la revue
Nicholas Giguère

Publié dans la collection « Écarts » des Éditions Druide, dirigée par Normand de Bellefeuille, le premier roman de Virginie Francœur, Jelly Bean, n’est pas ce qu’on peut appeler une réussite.

Article de la revue
Nicholas Giguère

Romancier cumulant neuf titres à son actif, dont Port de mer (2014) et Veiller Pascal (2016), parus chez Québec Amérique, Luc Mercure propose, avec Le goût du Goncourt, une œuvre poignante.

Article de la revue
Marie-Michèle Giguère

Le chemin de croix magnifiquement impudique d’une femme vers la maternité.

Article de la revue
Paul Kawczak

Si vous voulez en savoir sur Juliette, vous risquez d’être un peu déçu·e. En revanche, pour un roman fou, bavard et digressif à souhait, vous êtes au bon endroit.

Article de la revue
Thomas Dupont-Buist

Les ombres magistrales projetées tant par les Smiths que par Boris Vian abondent dans ce premier roman de Catherine Lemieux.

Article de la revue
Camille Toffoli

Ce roman posthume prolonge l’ambitieuse entreprise littéraire de Louky Bersianik en s’attaquant aux dynamiques de pouvoirs qui, dans la vie comme dans la langue, scellent trop souvent le destin des femmes.

Article de la revue
Nicholas Giguère

La maison d’édition Moult fait œuvre de réparation en rendant à nouveau disponible L’âne de Carpizan, un conte délicieusement obscène et irrévérencieux qui a injustement été écarté de l’histoire littéraire officielle.

Article de la revue
Marie-Michèle Giguère

Dans ce conte étrange et fantasque, les péripéties violentes et crues sont bercées par une langue raffinée et agile.

Article de la revue
Marie-Michèle Giguère

Roman noir et déconcertant sur la violence grotesque qui naît des pires théories conspirationnistes en ligne.

Article de la revue
Paul Kawczak

Avec La joie discrète d’Alan Turing, Jacques Marchand fait le portrait détaillé, mais sans couleur, du célèbre mathématicien anglais.

Article de la revue
Laurence Perron

Dans Maisons fauves, son premier roman, Éléonore Goldberg se lance dans une entreprise de remémoration aux envergures presque proustiennes.

Article de la revue
Olivier Boisvert

Dans un premier roman impressionnant à l’architecture sans vice caché, Marie-Ève Thuot s’empare de l’enjeu de la sexualité hypermoderne et déverrouille l’horizon des possibles serti d’un regard sagace sur des mœurs en bataille.