Aller au contenu principal

Articles web

Articles web

  • Chloé Savoie-Bernard
    Jeudi 28 mai 2020

    Le premier recueil de Marie St-Hilaire-Tremblay, Noctiluque, montre un bestiaire aussi inquiétant que flamboyant, au sein duquel navigue un sujet poétique qui n’a pas peur de se salir les mains pour arriver à s’étreindre.  

  • Laurence Pelletier
    Jeudi 28 mai 2020

    Avant tout, il y a eu Ayiti : un lieu, un air, un fantasme. Un livre incontournable.

  • Thomas Dupont-Buist
    Jeudi 28 mai 2020

    Si toute chose a une fin, comme le prétend l’adage populaire, il arrive que d’excellentes n’en aient pas. Le onzième volume du cycle Soifs, en plus de s’ajouter au décalogue que l’on croyait clos, a le bon goût d’être, comme ses prédécesseurs, du raffinement des grands crus.

  • Olivier Boisvert
    Jeudi 28 mai 2020

    Nanti d’une posture d’essayiste jugulant les stratégies de condescendance révélées par le sociologue français Pierre Bourdieu, Simon Brousseau adopte une herméneutique passionnée qui permet le déploiement d’une analyse véloce privilégiant des tactiques d’hospitalité.

  • Jade Bérubé
    Jeudi 28 mai 2020

    Elles sont nombreuses, ces poètes, à mettre en mots leur malaise social. Deux nouvelles plumes traduisent la solitude des écrivaines du millénaire.

  • Hugo Beauchemin-Lachapelle
    Jeudi 28 mai 2020

    Pour inaugurer sa collection « Brève », L’Instant même mise sur deux livres, dont celui du poète, romancier et essayiste Guy Ménard, Les larmes de Godzilla, consacré au limerick, genre auquel seront désormais introduits plusieurs lecteurs francophones.

  • Laurence Perron
    Dimanche 10 mai 2020

    Pas même le bruit d’un fleuve est une sorte de « romanquête » racontant la révélation, par une narratrice écrivaine, des vestiges que sa mère énigmatique et récemment décédée a laissés derrière elle, et à partir desquels est reconstitué le récit escamoté de sa vie.

  • Paul Kawczak
    Samedi 9 mai 2020

    Dans ce premier roman, Jennifer Bélanger entremêle avec sobriété plusieurs thèmes qui résonnent avec pertinence : douleurs physiques, liens générationnels féminins et marginalité sociale.

     

  • Thomas Dupont-Buist
    Samedi 9 mai 2020

    Il n’y a ni camp des recrues ni repêchage en littérature, et il arrive que dans le sillage d’un gros poisson, les mailles du filet en viennent à se distendre, laissant ainsi passer quelques mets d’exception parmi les bancs innombrables du menu fretin. Au pinacle de la gastronomie : les œuvres de François Racine.

  • Laurence Pelletier
    Samedi 9 mai 2020

    À l’heure du confinement et de la distanciation sociale, le dernier récit d’Anne Archet ouvre la porte sur l’espace infini de nos mondes fantasmatiques.