Aller au contenu principal

j'écris en périphérie

Dossier

j’écris en périphérie
Lise Gaboury-Diallo
qu’est-ce que cela veut dire
nager en français
à contre-courant
    ma langue
    une bouée choisie
    et chantée en sol mineur
que dire quand mon parolier
évoque rarement les silos ou la prairie
de mon far Ouest

venu de la marge
il surgit
en marge de la marge
mon fantôme de l’isolement
hantise appelée distance
    tu me guettes
    m’accules contre ma vérité
ancrée ici par choix
mais aussi par ce hasard
qui rôde affamé de lumière

j’écris
toujours en périphérie
    comme chacun s’inscrit au centre
    de son univers distinct
j’ai mesuré l’indifférence
du ciel lointain
où l’ange du silence
avec sa transparence facile
me tente souvent
    voudrait me pousser
    à tirer sur les fils apparents
    de la courtepointe de ma vie
la majorité cousue en anglais
avec ces mots aplatis
crochetés dans ce tissu de mes jours
communauté
porte-parole
et belonging

mais mon mirage à moi
me séduit avec sa langue
de mousseline et de soie
j’écris à l’ombre d’un désir
courant devant les saisons
sans toujours savoir
ce que cela veut dire
être comprise

écrire n’importe où c’est jouer
des anicroches avec l’alphabet
    sans avantages
    ni inconvénients
mais si j’écris d’ici
ma parole flotte indéfinissable
dévie par ricochet
suit les courants des alizés
portée par un accent singulier
ma parole s’est collée
comme une ventouse aux voyelles
et consonnes
    elle s’accroche à hier
    cherche en tâtonnant
    demain

j’ai toujours habité le lointain
    suis partie puis revenue
    suis moi-même revenante
je porte l’ailleurs exotique
au creux de mes mots

près de la margelle d’un puits
    profond
    millénaire
mes lettres tombent
petites feuilles vertes ou sèches
elles s’accumulent pour dire
terre soleil neige horizon
soif et fantaisie

ma langue est un épouvantail
indompté qui frémit
    ni en faux ni en vrai
    mais en français
j’essaie de capter les tourbillons
bien brassés de cultures hybrides
mêlées d’émoi et d’inconnu
tamisées par le temps
toujours en flux

je tente de dire l’insondable
    décrire l’intangible juste à côté
    cette réalité près de tout le reste
    hors bornes
écrire tout simplement
dans cette langue
mienne

 


Lise Gaboury-Diallo a publié plusieurs recueils de poésie, dont cinq aux Éditions du Blé, un aux Éditions de la Nouvelle Plume et un dans la collection «Poètes des cinq continents» des Éditions de l’Harmattan. Ses deux recueils de nouvelles, Lointaines nouvelles (2010) et Les enfants de Tantale (2011), sont parus aux Éditions du Blé.

Auteur·e·s
Type d'entité
Personne
Fonction
Auteur

Achats et abonnements à Lettres québécoises

Bénéficier de tous les contenus en achetant un numéro ou un abonnement!

Accéder à la boutique

Déja inscrit? Pour se connecter