Sign in / Join

Décès de Michel St-Denis

Le 12 décembre dernier est décédé Michel St-Denis, directeur artistique.

Michel a été à l’emploi de Lettres québécoises pendant plusieurs années. Je me souviens de ma première rencontre avec lui. Il avait été engagé par le Conseil des Arts du Canada pour rencontrer les éditeurs et les conseiller sur la meilleure façon de rendre leur revue graphiquement intéressante.
Lettres québécoises, dont je venais de prendre la direction, avait fait appel à un jeune finissant plein de talent. La revue avait pris un look du tonnerre : format hors norme de 9 pouces par 13 pouces dans une mise en pages olé! olé!
Le hic est que les lecteurs arrivaient difficilement à lire le texte. Trop souvent, les images en trame rendaient la lecture laborieuse. Je me souviens qu’une collaboratrice était venue me voir pour me faire part de son désarroi : « Suis-je la seule à ne pas pouvoir lire sans fatigue les chroniques de mes collègues? »
« Non, lui répondis-je, je suis dans le même cas! »
La modernité, c’est bien beau, mais si elle s’exerce à l’encontre de la lisibilité, elle n’a pas sa place dans ma revue.
Devant le professionnalisme de Michel St-Denis, j’ai décidé de l’engager. Lettres québécoises est devenu un magazine plus simple, mais fort lisible.
Je reconnais que certains se sont plaints du changement, mais pas moi.
Michel St-Denis était de mon avis.
C’était un homme efficace. Toujours là quand il le fallait.
Il y a une chose que j’ignorais de lui : il était aussi un grand lecteur.
Quand il m’a proposé L’amour, l’argent, la guerre. Anthologie des meilleures citations sur la condition humaine, j’ai été passablement surpris :
jamais nous n’avions discuté de littérature pendant tout le temps qu’il était à l’emploi de la revue.
On trouve parfois de ces êtres discrets qui nous étonnent par leur savoir.
Lettres québécoises tient à lui rendre un dernier hommage.

André Vanasse

Réinitialiser le mot de passe

Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.