Sign in / Join

Décès de Jeanne d'Arc Lortie

Catherine Lalonde, Le Devoir, 13 février 2012

Jeanne d'Arc Lortie, connue aussi comme sœur Sainte-Berthe chez les Sœurs de la Charité d'Ottawa, s'est éteinte le 6 mars dernier, à l'âge de 97 ans.Douée, sinon surdouée, la jeune Franco-Ontarienne, entrée à l'âge de 22 ans chez celles qui se nomment alors les Sœurs grises, pousse ses études en lettres et littérature. Parlant le français, l'anglais et l'espagnol, Jeanne d'Arc Lortie sera archiviste, enseignante, chercheuse, auteure et historienne des lettres.

Elle aurait été, selon ses propres dires, première religieuse, en 1965, à enseigner à la Faculté des lettres de l'Université Laval. Son grand œuvre demeure La poésie nationaliste au Canada français (1606-1867), qui paraît aux Presses de l'Université Laval juste avant l'arrivée au pouvoir de René Lévesque et la montée du sentiment nationaliste. Jeanne d'Arc Lortie aura, pour ce livre, analysé quelque 1700 pièces versifiées dormant dans les archives de différentes bibliothèques, comme le rappelle la professeure et écrivaine Yolande Grisé. «Elle était très engagée dans la défense de la langue française, comme toute sa communauté d'ailleurs, a précisé Mme Grisé. Toute sa carrière a tourné autour de la langue et de la culture. Les poésies anciennes, très près alors des chansons, étaient une façon pour elle de conserver la langue et de restituer à la population son patrimoine.»

Jeanne d'Arc Lortie a signé également Les textes poétiques du Canada français (1606-1867), l'édition critique des œuvres de Joseph Lenoir, ainsi que, à la demande de sa communauté, les Lettres d'Élisabeth Bruyère, fondatrice à Ottawa des Sœurs grises.

Réinitialiser le mot de passe

Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.