Sign in / Join

Conseil canadien sur l'apprentissage - Le Canada fait figure de cancre en éducation

Lisa-Marie Gervais
Le Devoir, 12 octobre 2011

Piètre niveau de littératie, régression des résultats scolaires chez les jeunes, retard dans la recherche de pointe... En matière d'éducation, le Canada fait figure de cancre, n'hésite pas à souligner le Conseil canadien sur l'apprentissage (CCA) dans son dernier rapport-bilan rendu public aujourd'hui. Déplorant cette situation «inacceptable et profondément troublante», le président-directeur général du CCA, Paul Cappon, s'inquiète particulièrement du fait que les gouvernements des provinces semblent même ignorer le problème.«Le Canada ne crée pas de conditions de réussite. Il est tenté de regarder le passé et de se dire qu'il a bien fait, notamment aux tests internationaux comme le PISA. Mais on est très complaisant et on ne se rend pas compte qu'on se fait dépasser», a souligné Paul Cappon, sur le ton de l'urgence. L'organisme qu'il dirige, dont la mission est de donner le pouls des systèmes d'éducation des dix provinces canadiennes, fermera ses portes en 2012, faute de financement du gouvernement fédéral. «[Le rendement] du Canada baisse non seulement en termes absolus mais également relativement à celui atteint dans d'autres économies», révèle le rapport-testament du CCA.

Par exemple, bien que les Canadiens reconnaissent l'importance de l'apprentissage au cours de la petite enfance, 25 % des enfants entrent à l'école dépourvus des bases nécessaires pour apprendre à lire, à écrire et à compter. Au primaire et au secondaire, l'ensemble des taux de décrochage sont à la baisse, mais on dénote un recul dans les résultats aux examens internationaux.

Selon le rapport, plus de la moitié (55 %) des Canadiens de 16 à 65 ans ont un niveau de littératie insuffisant pour comprendre l'étiquetage nutritionnel des aliments, respecter une posologie et suivre des directives de sécurité. Et les taux de littératie chez les adultes stagneront pour les 20 prochaines années. Montréal est la métropole canadienne qui tire le mieux son épingle du jeu, mais le nombre d'adultes possédant un faible taux de littératie passera néanmoins de 1,5 million en 2001 à plus de 1,8 million d'ici 2031.

En outre, le Canada accuse une perte de terrain en innovation et en recherche et développement, notamment parce que les compétences des immigrants ne correspondent pas aux besoins du marché du travail. Toutefois, sur une note plus positive, M. Cappon reconnaît que le pays est exemplaire pour le caractère égalitaire de ses systèmes. «Les immigrants réussissent beaucoup mieux ici et on constate que la classe sociale influe beaucoup moins. Les Européens nous admirent pour ça», a-t-il dit.

Dernières recommandations du CCA

En plus d'exiger un organisme pour lui succéder, le CCA a livré une série de recommandations, notamment la création d'un Conseil des ministres responsables de l'apprentissage, qui serait chargé de coordonner l'apprentissage tout au long de la vie à l'échelle du pays. L'accent a également été mis sur la nécessité d'avoir des données comparables et mesurables pour toutes les provinces et de doter celles-ci d'objectifs pancanadiens. Pour

M. Cappon, même le Québec y gagnerait au change. «Il n'existe pas de cadre pancanadien avec lequel le Québec pourrait vraiment se comparer, ce qui le laisse encore plus isolé. Mais si on trouvait une façon d'harmoniser les données et de favoriser la mobilité étudiante, ce serait plus facile pour le Québec d'être novateur et de réussir.... même si plusieurs Québécois pensent le contraire», a-t-il conclu.

Réinitialiser le mot de passe

Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.