André Vanasse
Né le 6 mars 1942, André Vanasse est directeur de Lettres québécoises. Il a été directeur littéraire chez Québec Amérique et chez XYZ éditeur. Il est aussi romancier et essayiste. Il a été professeur à l’UQAM de 1969 à 1997. Membre fondateur de l’Association des littératures canadienne et québécoise (ALCQ) et de la Société de développement des périodiques culturels (SODEP), il a reçu le Certificat de mérite 1993 de l’Association des études canadiennes, la médaille de l’Académie des lettres du Québec en 2005 et le Community Award de la Quebec Writers’ Federation (QWF) en 2007. (Photo: Juliette Vanasse)




Jean-François Crépeau

Après avoir obtenu un baccalauréat ès arts de l’Université de Montréal (1969), Jean-François Crépeau fait en 1974 une maîtrise à l’Université  McGill ; son mémoire porte sur L’univers féminin dans l’œuvre de Marcel Dubé (1974). Il enseigne ensuite le  français au secondaire, puis la littérature au Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu. À compter de 1973, il tient une chronique hebdomadaire consacrée à la littérature québécoise dans L’Avenir-du-Haut-Richelieu, puis dans Le Richelieu et, depuis 1979, dans Le Canada français. Il collabore à Lettres québécoisesdepuis 2003 et est l’adjoint du directeur depuis 2009. Le Conseil montérégien de la culture et des communications lui a décerné le Prix du journalisme culturel 1998 en reconnaissance de l’œuvre accomplie pour la promotion et l’essor de la culture en Montérégie.

Isabelle Beaulieu

Isabelle Beaulieu est née en 1976 à Mont-Joli, petite ville située au début de la Gaspésie. Elle a étudié à l’École Nationale de Théâtre et elle a complété un bac en Études françaises à l’Université de Montréal. Elle vit maintenant à Québec. Après avoir été libraire pendant une dizaine d’années et chroniqueuse pour les sites de la librairie Pantoute et des Librairies Indépendantes du Québec, elle travaille présentement à la rédaction de la revue Les libraires et elle collabore également au webzine littéraire franco-québécois Cousins de personne. Elle intègre l’équipe de Lettres québécoises en décembre 2013. Depuis mai 2012, elle est aussi maman d’une fière petite fille qui se prénomme Rose et qui ne se balade jamais sans son livre.

André Brochu

André Brochu est né à Saint-Eustache le 3 mars l942. Il a enseigné les littératures française et québécoise à l’Université de Montréal de 1963 à l997. Poète, romancier, essayiste, critique, il a publié près de quarante ouvrages et collaboré à de nombreuses revues, notamment Parti pris, dont il fut un membre fondateur. Plusieurs prix ont salué son œuvre, entre autres, le Prix du Gouverneur général en l991 et 2004, le prix Gabrielle-Roy, le Grand Prix pour la prose du Journal de Montréal et le Grand Prix de poésie du festival de Trois-Rivières. Il est membre de l’Académie des lettres du Québec.

Jean-François Caron

Né à La Pocatière en 1978, Jean-François Caron vit et travaille aujourd’hui à Sainte-Béatrix, dans Lanaudière. Il est détenteur d’une maîtrise en études et création littéraires à l’Université du Québec à Chicoutimi depuis 2008 - son mémoire portait sur l'utilisation de la deuxième personne en narration.
En 2005, après une riche expérience en enseignement du français, il devient rédacteur en chef de Voir Saguenay/Alma, où il est journaliste culturel et chroniqueur pendant 5 ans. Il agit alors comme rédacteur pigiste, collaborant régulièrement avec d’autres publications traitant de culture. De plus, il rédige plusieurs livres d’artistes et catalogues d’exposition, dont certains sont publiés aux éditions d’art Sagamie. En 2010, il travaille comme responsable des communications et du développement des publics pour le théâtre La Rubrique.
Aujourd’hui isolé dans la forêt lanaudoise, il se consacre à l’écriture (roman, théâtre et poésie). Rédacteur en chef de L’Unique, journal de l’Union des écrivaines et écrivains québécois, et représente la région de Lanaudière au comité Trans-Québec de l’UNEQ. Il est aussi membre du comité de rédaction et responsable de dossier pour la revue Lettres québécoises.Normand Cazelais

Montréalais d’origine, Normand Cazelais a une formation de géographe. Il a travaillé en aménagement du territoire et en environnement. Il a mené en parallèle une double carrière de journaliste (notamment à Radio-Canada et au Devoir) et d’enseignant universitaire. Normand Cazelais a beaucoup voyagé au Québec et à travers le monde. Conférencier et auteur d’une vingtaine de livres, dont deux romans (RingL’haleine de la mer), il a dirigé la collection « Toute latitudes » aux Éditions XYZ. Normand Cazelais a remporté divers prix, dont le prix Marcel-Couture du Salon du livre de Montréal en 2010 pour son livre Vivre l’hiver au Québec. Il collabore à Lettres québécoises depuis 2006 où il signe la critique des romans policiers.François Cloutier

François Cloutier est né en 1970 à Saint-Jean-sur-Richelieu. Après un baccalauréat en études littéraires et une maîtrise en création littéraire à l’UQAM, il commence à enseigner la littérature au Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu en 1996.  En plus de la bande dessinée, il se passionne pour la chanson francophone.Sébastien Dulude

Sébastien Dulude complète à l’Université du Québec à Trois-Rivières une thèse de doctorat portant les dispositifs typographiques et iconographiques à l’œuvre dans certains recueils de poésie de la contre-culture québécoise. Il a été récipiendaire du Prix Jacques-Blais 2010 du CRILC pour son mémoire de maîtrise intitulé L'esthétique du livre et de la typographie. Roland Giguère, les éditions Erta et l'école des arts graphiques, qui sera publié aux Éditions Nota Bene en 2013. Un premier recueil de poèmes paraîtra également en 2013 aux Éditions Rodrigol.Michel Gaulin

Michel Gaulin est professeur émérite du Département d’études françaises de l’Université Carleton à Ottawa. Il collabore à Lettres québécoises depuis 1988. Sur le plan professionnel, il est spécialiste des rapports entre la littérature et la pensée. En tant que traducteur littéraire, il a donné, notamment, des traductions de deux romans de l’écrivain canadien-anglais Scott Symons : Marrakech (Québec Amérique, 1996) et Place d’Armes. Journal de combat (XYZ, 2009). Il est également membre de la Société Charlevoix, un regroupement d’universitaires qui se consacrent à des travaux savants sur l’Ontario français. (Photo: D. Wall)Marie-Michèle Giguère

Diplômée de l’Université de Montréal en science politique et en communications après des études collégiales en littérature, Marie-Michèle Giguère travaille d’abord pour Quartier Libre, le journal des étudiants de l’Université de Montréal, où elle signe notamment une chronique littéraire. En 2005, elle se joint à la Première Chaîne de Radio-Canada; elle est adjointe à la réalisation, puis recherchiste et reporter. Parmi ses récents projets, des reportages réalisés en Haïti sur le retour à l’école après le séisme de janvier 2010 et une série d’émissions sur le thème du désir avec l’anthropologue Serge Bouchard.

Sébastien Lavoie

Sébastien Lavoie est né à Montréal au cours de l’hiver de 1977. Globe-trotter, il a vu les geysers del Tatio au Chili, les calanques de Piana en Corse, les souks du Maroc… Il est aussi allé en Hongrie. Il est le maître d’œuvre du site lire.ca depuis 2003 et agit à titre de webmestre pour la revue mouvances.ca. Depuis l’été 2005, il collabore à la chronique « Événement » de la revue Lettres québécoises. En 2009, il devient également chroniqueur à la section «Nouvelle».Rachel Leclerc

Rachel Leclerc détient une maîtrise en études littéraires de l’UQAM. Sa poésie a obtenu notamment les prix Alain-Grandbois et Émile-Nelligan. Son tout premier roman, Noces de sable, a reçu le prix Henri-Queffélec en France lors de sa parution en 1995 et a été réédité chez Boréal en 2011, alors que son dernier titre, La patience des fantômes, paraissait chez le même éditeur. Ce roman aux allures de biographie familiale a de nouveau confirmé la place de son auteure parmi les meilleurs écrivains québécois actuels. Rachel Leclerc signe des critiques de poésie dans Lettres québécoises depuis 2007.

Bruno Lemieux 

Bruno Lemieux est né à Sherbrooke. Professeur de littérature et de communication, il s’intéresse à la littérature contemporaine et à la transmission de la culture. Il est l’un des fondateurs du Prix littéraire des collégiens, désormais étendu à tout le réseau collégial. Au fil des ans, il a animé et participé à des causeries littéraires, tant à Montréal et Québec qu’en région. Collaborateur de longue date des Correspondances d’Eastman, il en assume depuis 2012 la direction littéraire. Sur le plan de la création, il privilégie les textes courts, des nouvelles et des suites de poésie qu’on peut lire dans diverses revues. En 2013, il a publié Dans le ventre la nuit aux éditions du Noroît.

Michel Lord

Professeur titulaire au Département d’études françaises de l’Université de Toronto et au Département d’études langagières de l’Université de Toronto à Mississauga, Michel Lord est également directeur adjoint à la revue University of Toronto Quarterly, où il est responsable de la production en français et du numéro annuel sur les «Lettres canadiennes». Collaborateur à Lettres québécoises, il est aussi membre du collectif de XYZLa revue de la nouvelle et membre du comité de lecture de ViragesLa nouvelle en revue. Outre de nombreux articles dans diverses revues et des ouvrages collectifs, il a publié des études, dont En quête du roman gothique québécois 1837-1860Tradition littéraire et imaginaire romanesque (1994) et La logique de l’impossible. Aspects du discours fantastique québécois (1995) chez Nuit blanche éditeur ainsi qu’un livre sur la nouvelle québécoise de 1940 à 2000, Brèves implosions narratives. La nouvelle québécoise 1940-2000 chez Nota bene (2009).

Samuel Mercier

Originaire de Rivière-du-Loup, Samuel Mercier détient une maîtrise en littératures de langue française à l’Université de Montréal. Il a reçu une bourse du CRSH pour son mémoire qui porte sur la réception des romans de Mordecai Richler au Québec francophone. Il a animé une émission à CISM et contribue également à Spirale et à Quartier Libre.

Annabelle Moreau

Formée en études anglaises et littérature comparée à l’Université de Montréal, Annabelle Moreau est journaliste, recherchiste et réviseure. Coordonnatrice des contenus à l’agence 37e Avenue, elle effectue aussi des mandats pour différents médias québécois, dont la Zone d’écriture de Radio-Canada. Elle possède son propre blogue, Les intempéries, sorte de laboratoire pour sur les mots et la littérature d’ici et d’ailleurs, mais aussi le cinéma, les arts visuels et la photographie. Curieuse à plein temps et rêveuse à temps perdu, Annabelle écrit aussi pour RueMasson.com et la Bible urbaine.
annabellemoreau.net


Jacques Paquin

Jacques Paquin est professeur de littérature québécoise et spécialiste de poésie  à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Il est responsable de la section «Poésie» du Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec (1986-1990) et il a dirigé un ouvrage intitulé Nouveaux territoires de la poésie francophone (1970-2000). Il a siégé à de nombreux jurys littéraires (Prix du Québec, Grand Prix de poésie de la fondation Les Forges, prix Émile-Nelligan, prix Alphonse-Piché).  Ses travaux actuels portent sur les archives de Gatien Lapointe.

Yvon Paré
Yvon Paré s’intéresse à toutes les formes d’écriture et demeure un lecteur passionné des écrivains du Québec. À la fois poète, conteur, romancier et essayiste, il mène une carrière de chroniqueur littéraire depuis plusieurs années. Collaborateur à Lettres québécoises, il tient aussi une chronique consacrée à la littérature du Québec dans les pages du Progrès-Dimanche du Saguenay-Lac-Saint-Jean depuis plusieurs années. Il est en outre un collaborateur régulier à la radio de Radio-Canada. Il a entrepris une carrière de conteur en 1995 et participe à différents événements où l’oralité permet d’explorer un genre littéraire foisonnant.

Hélène Rioux

Née à Montréal, Hélène Rioux a publié sept romans, de la poésie, des nouvelles et des récits. Cinq fois finaliste au Prix du Gouverneur général du Canada, elle a reçu le prix France-Québec et le prix Ringuet de l’Académie des lettres du Québec en 2008 pour Mercredi soir au Bout du monde, le Grand Prix littéraire du Journal de Montréal et le Prix de la Société des écrivains canadiens pour Chambre avec baignoire en 1992. Traductrice littéraire de l’anglais et de l’espagnol vers le français, elle a traduit une quarantaine d’ouvrages d’auteurs canadiens et latino-américains ainsi que des livres pour enfants. (Photo: Martine Doyon)

Maïté Snauwaert

Maïté Snauwaert est professeure adjointe à l’Université de l’Alberta. Elle est l’auteure de Philippe Forest, la littérature à contretemps (Nantes, Cécile Defaut, 2012), de fictions parues dans les revues Tessera, Contre-jour et XYZ, et d’études critiques sur la littérature contemporaine. Elle a dirigé les numéros spéciaux “Marguerite Duras : L’image critique” (Dalhousie French Studies 95, 2011), “Barthes écrivain” (Spirale 232, 2010), et en collaboration : “Responsabilités de la littérature : vers une éthique de l’expérience” (Études françaises 46, 1, 2010), et “Filer (Sophie Calle)” (Intermédialités 7, 2006) avec un dossier visuel de l’artiste. Elle collabore à la section Essais de Lettres québécoises depuis 2013. (Photo Aspen Zettel)